Menu

Conseils pour utiliser un anesthésique local

Un anesthésique local est un médicament qui inhibe la conduction nerveuse d’une manière réversible sans altération du nerf en vue de supprimer la douleur dans la zone où il est injecté ou appliqué. Il produit un effet analgésique d’une durée prolongée ou bloque la sensibilité à un niveau local, notamment, au niveau d’une partie du corps à traiter. Il permet, ainsi, ‘’d’endormir’’ seulement la région ou la partie du corps à opérer. Mais, pour une meilleure efficacité des anesthésiques, il important de vérifier que toutes les conditions sont réunies pour une injection ou une application limitant les risques de toxicité ou de complications.

Présentations et mode d’action

Un anesthésique est utilisé sur une surface limitée, par une infiltration dans le tissu à anesthésier ou la zone du corps à engourdir, parfois, par simple application d’une crème anesthésiante. Il renferme des ingrédients actifs. La lidocaïne, la prilocaïne et la mépivacaïne sont des anesthésiques locaux de faible puissance avec un délai d’action variant entre 5 et 10 minutes selon le site d’application ou d’injection, avec une durée d’action n’excédant pas deux heures. La licodaïne est recommandée pour les enfants, en utilisant la faible concentration possible. La ropivacaïne et la bupivacaïne sont plus puissantes avec un délai d’action oscillant entre une dizaine et une vingtaine de minutes pour une durée d’action pouvant atteindre trois heures trente minutes.

Il existe un mélange de lidocaïne et de prilocaïne qui se présente sous la forme d’une crème appelée Emla, avec une durée d’action d’une à deux heures. Cette crème est ainsi constituée de deux anesthésiques locaux et est indiquée pour les adultes et les enfants de 12 ans et plus. Elle est appliquée pour l’exploration et la suture des plaies, les ponctions, les biopsies ou au niveau de la muqueuse génitale, avant les procédures chirurgicales superficielles ou une anesthésie par infiltration. Les anesthésiques agissent au niveau du site d’injection, directement sur le nerf au contact de la zone. Ils bloquent de façon transitoire la transmission du message douloureux à partir des terminaisons nociceptives.

Gant de médecin

Mode d’emploi

La posologie sera choisie individuellement en fonction de la gravité et de la durée de l’intervention et des conditions prévalant chez le patient. Pour une meilleure efficacité, il convient de respecter certaines conditions, en l’occurrence, la dose recommandée par site d’injection ou d’application, la dose maximale recommandée, le temps d’application minimal et maximal.

L’injection peut entraîner une douleur légère et généralement supportable, des sensations de brûlure ou de picotement. Mais, pour effectuer une anesthésie pratiquement sans douleur, pour réduire la sensation de l’injection, il convient d’appliquer un antiseptique  sur toute la partie du corps qui sera piquée (la zone de chirurgie), puis de frotter l’endroit du premier impact avec un coton-tige imprégné d’un anesthésique de surface. Après la désinfection de la zone de chirurgie, il convient, enfin, de procéder à une injection lente sans effectuer une trop forte pression, par le biais d’une aiguille fine ou d’une aiguille de petit calibre.

Indications

L’utilisation d’un produit anesthésique vise à réaliser une anesthésie au niveau d’une zone précise du corps afin que le patient ne ressente aucune douleur lors d’une intervention mineure. Elle permet ainsi au médecin de réaliser un traitement sans gêne pour le sujet. Ainsi, il est conseillé d’utiliser les produits anesthésiques locaux pour les interventions dans le domaine des soins dentaires ou en podologie. Ils sont utiles avant une injection ou l’insertion de cathéter, lors des ablations chirurgicales mineures, lorsqu’il s’agit d’effectuer certaines biopsies ou des points de suture.

Intervention chez le dentiste avec anesthésie locale

Contre-indications

Les contre-indications doivent être scrupuleusement respectées. C’est pourquoi, avant l’utilisation d’un anesthésique local, le médecin vérifie l’absence de contre-indications liées à l’utilisation du produit lors de la consultation préopératoire. Les contre-indications absolues sont, une hypersensibilité aux anesthésiques locaux, une allergie avérée à un agent de la classe correspondante (ou à un excipient), la porphyrie, l’anémie hémolytique. Les anesthésiques locaux sont, également, fortement contre-indiqués en présence des troubles de la conduction cardiaque, d’une hypertension artérielle sévère et d’une épilepsie non contrôlée. La présence d’une thyréotoxicose (une pathologie de la thyroïde qui sécrète des hormones en excès) constitue une contre-indication relative.

Précautions d’emploi d’un anesthésique local

L’injection ou l’application d’un anesthésique local doit être effectuée par un professionnel de la santé. Pour les produits qui n’exigent pas forcément une expertise médicale, le patient doit être suffisamment informé concernant le mode d’application. L’administration d’un anesthésique local sur une zone infectée est vivement déconseillée. Aussi, en ce qui concerne les formes injectables, il convient de respecter le site d’injection et les règles strictes d’asepsie. Le respect de la dose maximale est important.

Avant toute utilisation, il est important de signaler au médecin,  les médicaments absorbés au cours des deux dernières semaines, notamment les anticoagulants visant à fluidifier le sang ainsi que les éventuelles pathologies chroniques, en l’occurrence, l’hypertension artérielle, le diabète, les pathologies du rein et du cœur.