Menu

Qu’est-ce que l’anesthésie topique ?

Une anesthésie topique est un état d’engourdissement ou une perte superficielle de sensation provoquée par l’application d’une substance, notamment, un produit anesthésiant, par voie topique, c’est-à-dire à la surface du corps. Elle entraîne une insensibilité de la surface d’une partie du corps ou du site d’application. Ainsi, elle induit un effet analgésique local. C’est une anesthésie locale limitée à zone du corps et qui n’entraîne pas une modification de l’état de conscience. Elle s’effectue sans intervention d’injection par piqûre, mais par divers produits anesthésiques qui se présentent sous divers formes et contenant des molécules bien spécifiques.

Différentes formes

Une anesthésie topique est obtenue par l’application ou l’administration d’un produit anesthésique ou d’un médicament. Ce dernier peut être une pommade, une lotion, une crème anesthésiante avec ou sans ordonnance, un gel, un spray, un collyre ou un timbre transdermique (patch). Ces médicaments se présentent sous plusieurs types de dosages et peuvent être administrés seuls ou en combinaison. On les applique directement sur la peau ou au niveau de la muqueuse.

Mode d’action d’une anesthésie topique

Par le biais des produits utilisés, l’anesthésie topique qui survient est caractérisée par l’inhibition réversible de la conduction nerveuse près du site d’application de l’anesthésique topique. Il y a donc une perte temporaire de la sensibilité dans une zone bien délimitée. Les impulsions nerveuses qui transmettent les messages liés à la douleur au niveau du cerveau sont, ainsi, bloquées. Les molécules utilisées pour rendre manifeste ce mode d’action sont,  entre autres :

  • la lidocaïne

Elle inhibe la naissance, la transmission de l’influx nerveux et la libération des signaux qui se traduisent par des sensations douloureuses, en pénétrant rapidement dans la peau et en stabilisant la membrane neuronale responsable de la transmission de la douleur. Elle a donc une action directe sur la douleur. Elle intègre les collyres en ophtalmologie et est utilisée au niveau des muqueuses de la gorge, de la bouche, des voies urinaires, respiratoires, de l’œsophage, du rectum et de la cavité nasale.

  • la benzocaïne

Caractérisée par une action au niveau de la peau et sur les muqueuses avec un effet anesthésique rapide et prononcée, elle a pour mode d’action la suppression de la douleur sans altérer la conscience, en agissant au niveau de la membrane neuronale et en bloquant la conduction de l’influx nerveux.

  • la prilocaïne

Elle empêche la propagation de l’influx nerveux en inhibant le passage des ions sodiques vers l’intérieur des cellules, en réduisant la perméabilité au sodium et en augmentant le seuil de potentiel d’action. Ainsi, elle induit une anesthésie cutanée (au niveau des couches de l’épiderme et du derme de la peau) et stabilise les membranes neuronales en inhibant les flux ioniques nécessaires pour l’initiation et la conduction des impulsions nerveuses. Elle est utilisée pour la pose de cathéter intraveineuse.

  • la tétracaïne

Caractérisé par une durée d’action longue, cet anesthésique topique est utilisé au niveau des yeux, pour des anesthésies de surface en ophtalmologie ainsi que pour les affections bucco-pharyngées, notamment au niveau des muqueuses du nez et de la gorge. La tétracaïne agit en interférant avec l’entrée d’ions sodium dans les cellules nerveuses, réduisant, ainsi, la capacité du nerf à générer une impulsion nerveuse et à faire acheminer une sensation de douleur. Aussi, certains médicaments intègrent la lidocaïne seule ou la licodaïne associée à la prilocaïne ou à la  tétracaïne.

Une seringue n'est pas toujours nécessaire

Indications

Une anesthésie topique est indiquée pour soulager la douleur générée par certaines conditions physiologiques, notamment, les ulcères buccaux, les éraflures ou les écorchures au niveau de la peau ainsi que les crises hémorroïdaires, les maux de gorge. Il s’agit également des douleurs générées par les brûlures mineures, les démangeaisons, les coups de soleil, les piqures d’insectes, les éruptions cutanées. Elle est sollicitée en vue de réduire les sensations douloureuses au niveau des sites d’application, notamment, sur la peau, au niveau de la gorge, à l’intérieur du nez, dans les yeux, la gorge, l’oreille ainsi que la région anale. Les muqueuses génitales et celles de la bouche et du nez, constituent également des sites d’application.

Elle s’avère utile dans le cadre de la prévention de la douleur liées à des certains actes, examens ou interventions au niveau de certaines spécialités médicales. Ainsi, en ophtalmologie, des gouttes d’un collyre sont instillées dans l’œil pour faciliter l’examen de cet organe lorsqu’il est irrité, douloureux ou pour enlever une tâche, un objet étranger au niveau de la surface de l’œil. Ainsi, une anesthésie topique est pratiquée en ophtalmologie en vue d’effectuer une intervention sans douleur en ayant au préalable insensibilisée la cornée.

Aussi, un spray anesthésiant topique est administré au patient en vue d’atténuer la douleur et faciliter l’insertion d’un tube dans l’urètre. Avant d’effectuer un acte douloureux, notamment une ablation des petites lésions bénignes, une biopsie, la pose d’un cathéter ou une ponction, une anesthésie topique, à travers d’une crème de la peau, vient à point nommé.